Généralisation des compteurs digitaux à partir du 1er juillet

 

Digitale meters

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La décision est tombée : à partir du 1er juillet, nous passerons comme prévu aux compteurs digitaux. Le projet d’introduction des compteurs digitaux avait suscité un débat au sujet des compteurs tournant à l’envers pour les « prosumers », qui seraient lésés par le nouveau système. Pour rappel, les « prosumers » sont des consommateurs d’énergie qui produisent également eux-mêmes de l’énergie. Un accord politique a à présent été conclu pour offrir à tous les consommateurs l’opportunité d’opter pour 15 années de plus pour l’ancien système. De cette manière, personne n’y perdra.

 

Bientôt la fin des compteurs tournant à l’envers

La VREG, le régulateur du marché flamand de l’énergie, veut abandonner l’usage des compteurs tournant à l’envers en recourant à des compteurs digitaux intelligents. Les compteurs digitaux séparent exactement la production et la consommation d’électricité, de manière à permettre au gestionnaire du réseau de distribution d’imputer aux « prosumers » des frais pour l’utilisation du réseau, à l’instar de ce qui se pratique pour les consommateurs ordinaires.

Les compteurs tournant à l’envers fonctionnent différemment : là, le gestionnaire du réseau de distribution n’est pas en mesure de déterminer combien d’électricité le « prosumer » génère et combien il en prélève sur le réseau. De ce fait, les frais sont uniquement imputés sur la différence. Un « prosumer » qui consomme autant d’électricité qu’il n’en génère ne paie pas de frais, alors qu’il utilise l’infrastructure coûteuse du gestionnaire. Le tarif mis au point pour les « prosumers » devait résoudre le problème, mais n’est de l’avis de la VREG qu’un emplâtre sur une jambe de bois.

La différence de calcul réduira l’avantage dont bénéficient certains « prosumers ». Selon une enquête de la VREG, 60 % d’entre eux paieraient moins qu’avant et 40 % paieraient un peu plus. On redoute cependant que les utilisateurs de pompes à chaleur ne doivent payer beaucoup plus étant donné qu’ils ont surtout besoin de beaucoup d’électricité en hiver. Idéalement, il vaut mieux consommer immédiatement soi-même l’électricité que l’on génère, de manière à utiliser le moins possible le réseau. Étant donné que ce n’est pas faisable pour tout le monde, les décideurs politiques prévoient une période transitoire.

Jusqu’au 31 décembre 2020, tout le monde aura le choix :

  • opter pour 15 années de plus pour le système existant des compteurs tournant à l’envers et payer le tarif « prosumer » pour l’utilisation du réseau ;
  • ou passer au nouveau système, qui s’assortit de nouveaux tarifs de réseau pour le courant réellement prélevé sur le réseau et ne tient pas compte de l’électricité injectée sur le réseau. Dans ce scénario, le tarif « prosumer » disparaît.

La VREG propose sur son site Internet un outil qui permet de déterminer la meilleure option au moyen d’une simulation : https://simulatordigitalemeter.vreg.be.

Un tarif intelligent pour des compteurs intelligents

Le gouvernement donne à présent suite à la demande de la VREG en vue de la généralisation des compteurs digitaux. Le régulateur flamand doit toutefois mettre au point un nouveau tarif de nature à convaincre les consommateurs de passer au nouveau système. Pour la nouvelle tarification à partir de 2021, la VREG ne devra alors en principe plus se baser sur la consommation d’électricité, mais bien sur la capacité à prélever de l’électricité sur le réseau. Le prix du marché réel de l’électricité servirait alors de base.

Comment réaliser des économies grâce au compteur digital ?

En consommant immédiatement l’énergie que vous générez, de manière à ne pas devoir faire usage du réseau. Selon les calculs de la VREG, vous réaliseriez alors des économies dès l’instant où votre autoconsommation représente 25 % de votre consommation totale.

Quelques astuces :

  • installez des panneaux solaires sur différents côtés de votre toit afin d’obtenir une exposition maximale au soleil
  • utilisez vos appareils électriques lorsque le soleil brille
  • achetez des appareils dotés d’une temporisation à l’enclenchement
  • planifiez la recharge de votre voiture électrique

La VREG prend fait et cause pour la réduction de la facture d’énergie

Une autre demande adressée par la VREG au gouvernement vise à cesser d’imputer des taxes supplémentaires sur la facture d’électricité. Les frais pour le fonctionnement de la VREG, de la CREG et de la CWAPE, le subventionnement des éoliennes en haute mer, etc. sont reportés sur la facture d’électricité, alors qu’ils sont sans rapport avec la fourniture d’énergie.

« Nous devons nous distancier de l’énergie fossile, mais les autorités entravent cette transition en surchargeant la facture d’électricité », explique Peterjan Renier, le grand patron du régulateur indépendant de l’énergie en Flandre, la VREG. « Les décideurs politiques doivent cesser de reporter toutes sortes de taxes supplémentaires sur la facture d’énergie. »